Comment bien choisir sa viande casher ?

viande casher

Publié le : 11 octobre 20224 mins de lecture

La consommation de viande est quelque chose de beaucoup plus compliqué lorsque la religion veut une consommation particulière. Trouver de la viande de bonne qualité et qui est en parfaite cohérence avec la religion peut s’avérer être une mission compliquée. Comment être sûr de ce qu’on mange ? 

L’importance viande casher

 

Pour les Juifs, la consommation de viande ne peut se faire que si elle est casher. C’est une croyance de la religion juive venant de la Torah que la viande doit être tuée par un rituel avant d’être prêt à la consommation. Dans ce rituel, le Shohet tranche avec un outil spécifique la tranchée, l’œsophage, les artères, les carotides et les veines jugulaires de l’animal, afin de vider ce dernier de son sang tête en bas. Ces gestes sont précédés d’une prière, casher signifie même « tué par une prière ». Des vérifications du bon déroulement du rituel suivent avant que la viande ou la volaille soit envoyer dans une boucherie casher. Les Juifs consomment de la viande et du volaille casher, mais ne consomme pas du porc ni des crustacés. De même ils ne mangent pas certaines parties de la viande notamment les intestins… Pour en avoir plus d’information, veuillez cliquer ici

 

La viande casher et les règlementations

 

Pour assurer aux Juifs un accès à une viande casher de bonne qualité et consommable, des lois ont été dictés. D’une part, les abattages doivent se faire dans des lieux réglementés. Les sacrificateurs, ici le Shohet, doit avoir un certificat sur la protection animale, mais doivent être aussi habilités par l’organisme religieux. L’animal abattu doit être immobilisé et ses souffrances doivent être de courte durée, il peut même être étourdi. Que ce soit pour des viandes casher ou des volailles casher, l’abattage doit respecter les règles d’hygiène, mais aussi le Cacherout ou la convenance des aliments dans la Bible hébraïque. Bien que l’Etat ne supervise pas plus que cela le respect des coutumes, des organismes privés et religieux se dressent afin de superviser le bon déroulement des rituels. Ces organismes ont le pouvoir de légitimer une boucherie casher dans une communauté.

 

Tout savoir sur la viande en elle-même

 

Au-delà de tout ce côté religieux et réglementaire, la qualité de la viande doit aussi être au rendez-vous. Un bon veau casher se travaille. Pour bien choisir votre viande, il faudra vérifier sa traçabilité, d’où elle vient exactement. Est-ce que c’est une viande élevée en plein air, bio, ou est-ce que c’est une viande issue de l’élevage intensive industrielle ? Plus son élevage est naturel, plus la viande est tendre à la consommation et bonne. Il faut aussi toujours préférer les viandes et volailles fraiches, que vous allez le chercher à votre boucherie ou que vous la faites livrer, les conditions de conservation doivent être en norme pour une consommation non dangereuse pour la santé. Pour une meilleure consommation, privilégier une consommation locale doit être en tête de liste, et si cela n’est pas possible, une consommation dans un circuit court : ferme, abattage, boucherie est à prioriser par rapports aux circuits avec beaucoup d’intermédiaires.

Plan du site